samedi 4 janvier 2014

Yves Saint Laurent, le film | la review


Hier soir était programmée dans plusieurs villes de France l'avant-première du film de Jalil Lespert Yves Saint Laurent, 10 jours avant sa sortie officielle (le 8 janvier). Lorsque j'ai su que mon cinéma participait à l'opération, naturellement je me suis dit "pourquoi attendre la sortie d'un film que j'attends depuis que le projet a été médiatisé lorsque je peux le voir 10 jours en avance ?!" M'attendais-je à ça ? Non. Suis-je déçue ? Pas pour autant. Le recommanderais-je ? Oui, et même à celui qui s'en fout de la mode car au-delà de ça, le film est un bijou cinématographique made in France
Le film est librement adapté de l'ouvrage Yves Saint Laurent de Laurence Benaïm, donc tout ce qu'il se passe dans le film ne s'est pas forcément réalisé dans la vraie vie. Cependant il y a une justesse dans les propos, les personnes et les relations qu'elles entretiennent entre elles. Le film est beau mais pas glamour. On voit un Yves Saint Laurent qui se déchire au fur et à mesure des années à cause de la pression qu'il a sur les épaules, mais aussi un Yves soutenu à jamais par l'homme de sa vie, Pierre Bergé. Un duo qui ne serait rien sans l'autre: un a le talent, l'autre a le sens des affaires. C'est bien connu et c'est surtout bien exprimé dans le film, notamment grâce à la performance de Pierre Niney et Guillaume Gallienne, tous deux à la Comédie Française. J'ai oublié que c'était eux à l'écran, alors qu'en général dans les biopics, j'ai plutôt du mal à dissocier l'acteur connu jouer une personnalité reconnue. C'est d'ailleurs pour ça que ce genre de film est assez "casse-gueule" au cinéma... Or, ici la préparation et surtout le talent des acteurs ont été bénéfiques puisqu'on y voit que du feu. Pierre Niney a repris la voix d'Yves Saint Laurent, ainsi que sa gestuelle et son caractère modeste et timide. Une fois le film vu, regardez des interviews du couturier pour vraiment vous rendre compte de la performance (cf: vidéo ci-dessous). Mais plus surprenant encore, l'interprétation de Pierre Bergé par Guillaume Gallienne qui le joue tel que je l'imagine: droit, sûr de lui et très observateur.
Malgré les performances remarquables, ce que j'ai préféré dans le film reste les scènes de défilés et le tableau sexy/chic où sont mis en scène les smokings et la célèbre fourrure verte (vous reconnaitrez la scène !). Ce sont les pièces originales et c'est très émouvant de voir ces collections sorties des archives filmées en haute qualité, sur grand écran. De plus, accompagnées de la musique d'Ibrahim Maalouf, c'est magnifique.
Ce qui est également appréciable dans ce film est qu'il n'est pas narré de façon rocambolesque. On peut parfois penser qu'il y a des longueurs mais avec du recul, on se rend compte que cette façon de tourner avec délicatesse concorde avec la vie d'Yves Saint Laurent. Ce film est émouvant et fait réfléchir sur la vie d'un jeune homme qu'on a rapidement élevé au titre de "prince de la couture" et qui a subi l'avénement du Prêt-à-porter comme une pression supplémentaire (2 collections en plus de celles de la couture). On peut alors se questionner sur le mode de vie des créateurs ou directeurs artistiques d'aujourd'hui qui doivent produire minimum 4 collections absolument vendables par an. Après le film, j'ai pensé à John Galliano, et je me suis dit qu'un Pierre Bergé à ses côtés lui aurait sans doute limité la casse...

En résumé, c'est un film beau et réussi qui mérite d'être vu. On dénigre souvent le cinéma français parce que ça en met moins la vue que le cinéma américain. Et pourtant, on n'a pas besoin d'avoir trois explosions et mille effets spéciaux pour être captivé. Le film Yves Saint Laurent regorge de performances, d'esthétisme et d'émotions. Il est de plus mené par un scénario percutant et une musique saisissante. Il est tout simplement à l'image du génie qu'était Yves Saint Laurent.



Betty Catroux (jouée par Marie de Villepin dans le film), muse et "jumelle de coeur" d'Yves Saint Laurent. Cette vidéo résume bien le film (mais il faut quand même aller le voir !).

4 commentaires: